Cauchemar en cuisine : les révélations fracassantes d’un ancien candidat

Cauchemar en cuisine : Raphaël Dessoly, ancien candidat, nous a raconté comment s’était passé le tournage de l’émission de Philippe Etchebest.

Et selon lui, ce que l’on voit à l’écran est très loin de la réalité. Le 9 octobre dernier, une ancienne candidate de Cauchemar en cuisine était invitée dans Touche pas à mon poste. Si cette femme, Monica, avait balancé sur la production, elle avait toutefois été très claire sur un point : l’émission n’est, selon elle, pas scénarisée : « On est naturels, a-t-elle assuré. On nous demande tout le temps d’être naturels. »

Mais Raphaël Dessoly n’est pas de cet avis : cet ancien restaurateur, qui a participé au programme de M6 pour un numéro qui avait finalement été déprogrammé, nous a raconté son expérience. « Ils ont dit dans Touche pas à mon poste que l’émission n’était pas scénarisée. Moi, je trouve que c’est complètement scénarisé, nous a-t-il affirmé. Tout est prévu à l’avance, manigancé. » Et pour le démontrer, il nous a raconté comment s’est passé son tournage.

Cauchemar en cuisine : les révélations fracassantes d’un ancien candidat
En 2017, les équipes de Cauchemar en cuisine se sont rendues dans son établissement de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. Et dès le premier jour, elles auraient « tout fait pour le déstabiliser » : « Je me suis pris la tête avec mon apprenti, parce qu’ils m’ont fait voir une vidéo qui était coupée et montée », nous a-t-il assuré. Philippe Etchebest a demandé à son apprenti ce qu’il comptait faire après son apprentissage. « Réellement, il a dit : “Si l’affaire tourne, il m’embauche.

Si elle ne tourne pas, je m’en vais.” Sauf que moi, sur la vidéo que j’ai vue le lendemain, ça disait : “Je m’en vais !”, a-t-il expliqué. Ça a été coupé de façon à ce que je le prenne mal. Et c’était prévu ! » Durant la semaine d’enregistrement, la « pression » des caméras n’a pas toujours été facile à vivre pour le restaurateur, qui assure avoir eu jusqu’à 16 heures de tournage par jour.