Vapo: L’apparition d’une nouvelle infection peu vous mettre en danger

Le propylène glycol

Il s’agit là d’une sorte d’huile minérale très fréquemment utilisée dans le domaine des cosmétiques. Mais bien que cette substance soit généralement jugée peu toxique, il n’en demeure pas moins qu’une forte et longue exposition à cette dernière est tout à fait capable de provoquer des irritations de la peau ainsi que des muqueuses.

Des cas d’intoxication ont déjà été recensés

En Novembre 2015, dans le Vaucluse, 13 enfants âgés entre 6 et 8 ans ont été victimes d’une grave intoxication après avoir inhalé et probablement bu du liquide pour  »Vapo », l’incident a d’ailleurs eu lieu dans une école primaire de la ville de Cavaillon.

Un accident quelque peu similaire mais davantage dramatique a eu lieu en Israël en l’année 2013, lorsqu’un enfant âgé seulement de deux ans a bu la recharge de liquide d’une  »Vapo ». Mais les dégâts de ces substances toxiques ne se sont pas arrêtés là puisqu’en 2014, plus de 1400 cas d’empoisonnement ont pu être déclarés aux Etats-Unis suite à l’ingestion du même liquide.

Ceci est principalement dû à la présence de la nicotine, qui en prime d’être tout à fait addictive, est hautement toxique. D’après l’ANSM, il suffit d’ingérer 40mg ou d’avoir un contact cutané avec pour que le résultat soit fatal pour un adulte. Il faut cependant savoir que le parlement européen a émis une décision limitant la concentration de nicotine dans les recharges de cigarette électronique à 20mg/ml.

Certains émettent toujours des doutes au sujet du danger que cette e-cigarette représente

Une étude publiée dans la revue Nicotine and Tobacco Research a démontré que la nicotine liquide contenue dans ces  »Vapos » est la forme de nicotine provocant le plus de dépendance, dépassant ainsi les cigarettes ordinaires.

Une autre recherche menée par un organisme affilié aux autorités sanitaires de Grande-Bretagne aurait cependant prouvé que cette nouvelle forme de cigarette est 95% moins dangereuse que le tabac, mais en l’absence de confirmation scientifique ou de suivi, difficile d’étayer une telle affirmation, ce qui la laisse jusqu’à présent à l’état de simple théorie.

Suite de l'article